Jeudi 24 mars 2016

La télévision de rattrapage en 2015 : un bond des vidéos vues pour des revenus encore limités

Le CNC a sorti sa cinquième étude sur l’économie de la télévision de rattrapage (TVR) en France. Il en ressort que ce sont 5,1 millards de vidéos qui ont été vues en 2015, soit un bond de 36% par rapport à 2014. Le chiffre d’affaires publicitaire généré à partir de ces vues n’aurait quant à lui progressé que de 12% pour s’établir autour de 90 millions €, selon les estimations de l’étude. La fiction est le genre le plus consommé en TVR.

La TVR continue sa progression. L’offre TVR de programmes s’est établie à plus de 17 000 heures en 2015 (+ 12%). Désormais c’est près de 60 % des programmes diffusés entre 17h et minuit sur les chaînes TNT qui est disponible en TVR. Toutefois les programmes de flux restent largement majoritaires avec 83 % du volume horaire proposé, contre 7,9 % pour la fiction, 4,5 % pour le documentaire et 4 % pour l’animation.

Malgré cette offre dominée par les programmes de flux, ce sont les œuvres dites de stock qui sont majoritairement consommées, avec 51% des vues.

Dans le détail, la fiction (27,9%) domine, devant le divertissement (26,6%) et les programmes jeunesse (20,6%). L’animation affiche une progression remarquable avec un quasi doublement des vidéos vues.

 

L’étude précise que 3/4 des Français ont regardé des programmes en TVR en 2015 et que la télévision reste le support privilégié (68 %).

 

L’audience de la TVR suit celle de l’audience de la télévision classique, avec un pic entre 20h et 22h.