Jeudi 17 mars 2016

Les aides territoriales à la production : une politique rentable et efficace

Le 14 mars 2016, le CNC a présenté une évaluation des aides régionales à la production sur la période 2005-2013. Elle dresse l’état des lieux de ces dispositifs et démontre les effets structurants de ces aides sur l’emploi et les retombées économiques locales.

 

Le CNC incite au développement des aides venant des collectivités locales par le biais de conventions. Ainsi, pour 2 € venant de la collectivité, 1 € vient du CNC. La présente étude vise à évaluer ce dispositif.

 

Il en ressort que 16% des œuvres audiovisuelles aidées par le CNC sur la période ont bénéficié d’une aide régionale, soit 5 000 heures de programmes. Si nous ventilons par genre, on constate que 32,4% des œuvres d’animation et 28,1% des œuvres de fiction ont été soutenus par les collectivités, contre 9,8% des documentaires. Toutefois, quand elle existe, cette aide représente en moyenne 15% du devis dans le documentaire alors qu’elle est autour de 3,5% du devis en fiction et animation. Les apports moyens horaires sont de 32 800 € en fiction, 25 500 € en documentaire et 19 400 € en animation.

 

En fiction sur la période, l’Ile-de-France, Poitou-Charentes, PACA, Aquitaine et Rhône-Alpes ont été les principaux territoires.

En documentaire, l’Ile-de-France, l’Alsace, Rhône-Alpes, la Bretagne et la Corse ont été les cinq premiers territoires en termes d'apports.

En animation, Poitou-Charente, Rhône-Alpes, Ile-de-France, la Bretagne et Midi-Pyrénées sont les principaux territoires sur la période 2005-2013.

Le rapport du CNC précise que les jours de tournage en région (3 117 jours) ont représenté 48% du total en 2013, contre 40% en 2005.

Selon le CNC, en 2013, plus de 185 000 emplois sont actifs dans le secteur audiovisuel (cinéma compris) : cela représente près de 3 milliards € de masse salariale en 2013 (+ 60 % entre 2004 et 2013). La croissance des effectifs du secteur est plus forte en région qu’en Ile-de-France.

Enfin, le CNC établit la rentabilité des investissements des régions dans la production. Ainsi, pour 1€ d’aide versée par une collectivité, le CNC estime à 7,62€ les retombées directes et indirectes.

 

Cette évaluation valide donc la rentabilité de ces aides sur le tissu économique local et l’efficacité de ces dispositifs en matière de développement d’emplois et de structurations de la filière. Le suivi de ces aides est d’autant plus important que la réforme territoriale peut avoir des incidences sur les politiques des régions en la matière.